4G : Quel coût pour les opérateurs ?

Si la 4G LTE est une aubaine pour les opérateurs mobiles qui entendent bien redynamiser le marché et les abonnements avec engagement, son déploiement a nécessairement un coût. Et celui-ci n’est pas anecdotique. Entre l’attribution des fréquences et l’installation des infrastructures, ce coût s’évalue en milliards d’euros.

L’attribution des fréquences aux opérateurs

La première source de coût pour les opérateurs a été bien entendu l’attribution des fréquences. En effet, les opérateurs mobiles doivent payer à l’État français le droit d’utiliser des bandes de fréquence. Cette attribution, qui prend la forme d’enchères, a engendré un coût important réparti en deux temps.

En septembre 2011, ce sont la bande de fréquence des 2,6 GHz qui font l’objet d’une enchère. Orange obtient alors 20 MHz duplex pour 287 millions d’euros, SFR obtient 15 MHz duplex pour 150 millions d’euros, Bouygues Telecom obtient lui aussi 15 MHz mais pour 228 millions d’euros, et Free Mobile débourse 271 millions d’euros pour 20 MHz duplex.

Le second appel d’offres pour la bande de fréquence des 800 MHz est encore plus juteux pour l’État français. Orange, SFR, et Bouygues Telecom payent respectivement 891 millions d’euros, 1,065 milliard d’euros et 683 millions d’euros pour 10 MHz duplex. Free Mobile n’obtient rien dans cette fréquence, si ce n’est la possibilité de faire une demande d’itinérance auprès de SFR pour 18 % de la population, sous réserve d’atteindre 25 % de la population en 2,6 GHz. Mais cette itinérance aura elle aussi un coût pour l’opérateur. Au total, cette attribution de fréquences aura coûté plus de 3,5 milliards d’euros aux opérateurs mobiles.

Le déploiement à proprement parler

En plus des coûts d’attribution des fréquences 4G, les opérateurs doivent faire face aux frais de déploiement physique de leur réseau. Ces frais englobent de nombreux éléments à prendre en compte. En effet, il ne s’agit pas simplement de créer de nouvelles infrastructures, mais aussi de réutiliser les infrastructures existantes. Ainsi, de nombreux sites 2G à 900 MHz vont pouvoir être réexploités pour ajouter des antennes 800 MHz. Pour autant, cela ne se fait pas sans coût.

Effectivement, même dans les cas de figure permettant de réexploiter des sites existants, il faut envisager le coût des nouveaux équipements, mais aussi l’éventuel coût de nouveaux baux pour les sites utilisés comme les toits d’immeubles. En prenant en compte les divers éléments entrant en ligne de compte, on peut estimer le coût du déploiement de la 4G à 2 milliards d’euros pour Orange, SFR et Bouygues Telecom, et 1 milliard d’euros pour Free Mobile.

En prenant en considération les frais d’attribution des bandes de fréquence, on arrive à 3,2 milliards d’euros environ pour Orange et SFR, 2,9 milliards d’euros pour Bouygues Telecom, et 1,3 milliard d’euros pour Free Mobile, auquel s’ajoutent les frais d’itinérance à venir.